logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

03/01/2018

tyrannie du mot de passe

 

mot.jpg

trouvé  dans mes sabots - 

Un régal de lecture !   

                                   " ah lala la vie en rose !

                                pour ne pas se faire "manipuler",

                               à lire le jour du" Gogo day" ,

                               qui n'a pas encore de date à féter,

                              ce serait donc chaque jour qui passe ? "

 

 Charles Haquet et Bernard Lalanne étaient déjà les auteurs d'un

"Procès du grille-pain et autres objets qui nous tapent sur les nerfs",

où ils s'amusaient à recenser les objets du quotidien supposés

nous aider à vivre mais qui nous font souvent enrager.

Ils poursuivent ici leur exploration du monde contemporain

sur le mode ironique.

En pointant tous ces enquiquineurs

qui cherchent à s'approprier nos derniers espaces

de cerveau disponibles   et

grignotent insensiblement nos libertés.

 

téléchargé.png

Partout, dans tous les domaines, on nous ordonne,

on nous admoneste, on nous intimide.

Changez votre mot de passe !

Aidez Julie à fêter son anniversaire !

Voyez ce film «déjà culte» !

Dernier jour pour profiter de votre réduction !

Commentez ! Partagez ! Likez !

autrement dit «aimez !»,

verbe qui ne supporte pourtant pas l'impératif.

Et lorsqu'on ne nous donne pas d'ordre, c'est presque pire :

 on nous dirige par l'influence. En douceur...Autant de tyrannies

débusquées avec humour et le plus grand sérieux.

 

003148383.jpg

   clic : 11683750-tyrannie-du-mot-de-passe-

            et-autres-petits-traca--  charles-haquet-

            bernard-lalanne-mercure-de-france

28/12/2017

demain Moby dick - marie laforet

 Moby_Dick_final_chase.jpg

L'histoire de Moby Dick  est mythologique 

interprétable  à l'infini comme  celle

de Don Juan ou d'Oreste.

c'est un thème intemporel , sans frontières  

 

 

Le bateau les attend au port
Nez droit au Sud, voiles dehors

Les marins sont tous pareils
En attendant le soleil

Ils s'enivrent et se bagarrent
Jurent et larguent les amarres

Ne pleure pas, pauvre Amélie,
Ton marin est encore au nid

Alors, sois belle pour lui
Sèche tes larmes et souris


Et ne crois pas que la vie
D'un marin se passe au lit

The_voyage_of_the_Pequod.jpg

Moi, mon marin est parti pour toujours
Un cachalot, ça parle aussi d'amour


Moi, mon marin est parti y a longtemps
C'était au bras d'un grand cachalot blanc

Le vent est bon, la toile est dure
Allez les gars, droit vers le Sud !

Quand vous serez de retour
Vous réapprendrez l'amour


Avec des vins de chez nous
Allez les gars, Dieu pour tous !

T'en fais pas mon gars, je garde Amélie
Elle t'attendra en travaillant ici


Et si tu vois un grand cachalot blanc
Ramène-le, que je le voie vivant

Et si vous voyez mon cachalot blanc
Pensez à moi et rentrez-lui dedans !

clic :   pr6.html

 

   couv72376954.jpg

 

23/12/2017

"je vous salue ,Marie" /F Jammes-Brassens

 

 

Francis_Jammes_en_1917.jpg

francis Jammes 1917

 Paroles: Poème de Francis Jammes. Musique:  1955 

 "Georges Brassens et sa guitare no.3" © Philips


Par le petit garçon qui meurt près de sa mère
Tandis que des enfants s'amusent au parterre
Et par l'oiseau blessé qui ne sait pas comment
Son aile tout à coup s'ensanglante et descend
Par la soif et la faim et le délire ardent
Je vous salue, Marie.

Par les gosses battus, par l'ivrogne qui rentre
Par l'âne qui reçoit des coups de pied au ventre
Et par l'humiliation de l'innocent châtié
Par la vierge vendue qu'on a déshabillée
Par le fils dont la mère a été insultée
Je vous salue, Marie.

Par la vieille qui, trébuchant sous trop de poids
S'écrie: " Mon Dieu ! " par le malheureux dont les bras
 Ne purent s'appuyer sur une amour humaine 
Comme la Croix du Fils sur Simon de Cyrène 
Par le cheval tombé sous le chariot qu'il traîne 
Je vous salue, Marie.
 

Par tous ceux dont la chair se déchire ou succombe
Par ceux qui sont sans pieds, par ceux qui sont sans mains
Par le malade que l'on opère et qui geint
Et par le juste mis au rang des assassins
Je vous salue, Marie.

Par la mère apprenant que son fils est guéri
Par l'oiseau rappelant l'oiseau tombé du nid
Par l'herbe qui a soif et recueille l'ondée
Par le baiser perdu par l'amour redonné
Et par le mendiant retrouvant sa monnaie
Je vous salue, Marie.
 
bras.jpg

Comme l'a fait remarquer Maxime Le Forestier,

 Georges Brassens a utilisé  deux fois le même timbre,

et paradoxalement, la 1ère fois pour le très communiste Aragon

 dans Il n'y a pas d'amour heureux,   la seconde2ème fois

pour le très catholique Francis Jammes.

Certains s'étonnent que Brassens ait chanté une poésie

d'un auteur si religieux.  On oublie l'amitié de Brassens

avec le père Aimé Duval, la "calotte chantante"

comme il le surnommait dans Les trompettes de la renommée.

On lit aussi souvent que Brassens a rajouté une strophe.

Il n'en est rien.

 
clic : La_Prière


 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique